UNIVERSE

« La Voie du tremblement de terre et de coeur »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner

Aller en bas 
AuteurMessage
MAJAVA
Sacrée Banane Sacrée
Sacrée Banane Sacrée
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6179
Age : 33
Localisation : France - essone
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner   Sam 3 Mar - 12:41

Voici pour réaninmer un peu cette partie du vaisseau
un texte très instructif sur le conditionnement


48
Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner
Caroline LOUIS
Quels sont les facteurs qui déterminent le développement de la dépendance à l’égard du tabac ?
Que se passe-t-il au niveau de l’organisme lors du passage de la première cigarette à une consommation
excessive et finalement à une perte du contrôle de la consommation ? Pourquoi certains fumeurs
pourront s’arrêter de fumer quelques semaines, un mois, plusieurs mois … pour ensuite rechuter ? Les
enquêtes sous forme de questionnaire, l’observation du comportement des fumeurs dans des situations
expérimentales apportent des éléments de réponse. Il apparaît désormais que le développement de la
dépendance répond aux mêmes lois que celles qui régissent les mécanismes de l’apprentissage. Ces lois
ont été définies au début du XXème siècle avec l’élaboration de modèles animaux de l’apprentissage par
Pavlov et la théorie du conditionnement classique et par Skinner et la théorie du comportement opérant.
Un modèle animal sera d’autant plus intéressant qu’il reproduit les signes de la maladie, qu’il est
sensible aux mêmes facteurs que ceux qui prédisposent à la maladie ou qui peuvent aggraver l’état du
malade. Le modèle animal doit aussi permettre de prédire l’efficacité d’un traitement.
Conditionnement Classique (de type I, pavlovien)
L’expérience de Pavlov :
Un chien est placé dans un harnais de contention et est équipé d’une fistule qui permet le recueil
de la salive. De la poudre de viande est placée au contact des muqueuses salivaires pour provoquer une
réaction salivaire. Cette réaction est déjà inscrite dans l’organisme soit par un apprentissage antérieur
soit parce qu’elle appartient déjà au registre des comportements innés. Il s’agit donc d’une réaction
inconditionnelle à un stimulus inconditionnel. Si l’on fait précéder la nourriture par un son, on observera
qu’au bout d’un certain nombre d’associations, la seule présentation du son suffira à entraîner la réaction
de salivation. Le son a pris la valeur d’un signal. Le son est devenu un stimulus conditionnel.
Avant conditionnement :
Poudre de viande (stimulus inconditionnel) 􀃆 Salivation (réaction inconditionnelle)
Son (stimulus neutre) 􀃆 Réaction d’éveil
Phase de conditionnement :
Association : Poudre de viande + Son 􀃆 Salivation
Après conditionnement :
Son (stimulus conditionnel ou conditionné) 􀃆 Salivation (réaction conditionnelle ou conditionnée)
Plusieurs conditions sont nécessaires à l’établissement d’un conditionnement pavlovien :
- le stimulus conditionné (le son) doit être neutre, nouveau
- le stimulus conditionné (le son) doit servir de signal, il doit provoquer une réaction d’éveil
- le stimulus conditionné (le son) doit précéder ou accompagner (mais en aucun cas suivre) le
stimulus inconditionné (la poudre de viande).
Il faut faire également attention à ce que d’autres stimuli (ex : le manipulateur lui-même) ne servent
pas involontairement de stimulus conditionné.
Phénomène d’extinction et de réinstallation de la réaction conditionnée:
Si le stimulus conditionnel (son) n’est pas renforcé par une nouvelle série d’associations avec le
stimulus inconditionnel (poudre de viande), la réaction conditionnée de salivation au son va
progressivement disparaître. C’est le phénomène d’extinction.
49
Si le stimulus inconditionné (nourriture) est à nouveau associé au stimulus conditionné (son), la
réaction conditionnée de salivation au son va réapparaître. C’est le phénomène de réinstallation.
La relation qui est ainsi formée entre le son et la poudre de viande est donc temporaire.
Une caractéristique des processus de dépendance est que les réactions conditionnées suscitées
par des stimuli qui ont été associés à la consommation d’une drogue sont persistantes. Il y a très
difficilement extinction.
Certaines thérapies comportementales tentent de forcer l’extinction en présentant à des
toxicomanes des films montrant des personnes qui achètent ou consomment de la drogue sans que cette
expérience soit suivie de prise de drogue. L’idée est qu’une fois de retour dans leur environnement
habituel, ces personnes n’éprouvent pas le désir de prendre de la drogue sous l’effet de stimuli
conditionnés.
Exemples de modèle animal basé sur un conditionnement classique
Préférence de place :
Ce modèle animal permet de tester les propriétés renforçantes d’un produit.
La base expérimentale est la suivante : le premier jour, l’animal reçoit une injection du produit à
étudier (morphine par exemple) et est ensuite placé dans le compartiment A, d’une cage à deux
compartiments distincts (différente texture du sol, par exemple) pendant 1/2 h. Il n’a pas accès à l’autre
compartiment. Le 2ème jour, l’animal reçoit une injection de solvant et est ensuite placé dans le
compartiment B. Cette procédure est répétée plusieurs jours. Le dernier jour, l’animal est placé dans un
des compartiments sans injection préalable et peut librement circuler d’un compartiment à l’autre. Dans le
cas de la morphine, on constate que l’animal passe plus de temps dans le compartiment associé à
l’injection de morphine. L’environnement du compartiment A a acquis une valeur de signal. La texture du
sol est devenu un stimulus conditionné.
Aversion gustative conditionnée:
Il existe d’autres situations où l’extinction peut être très lente. Si vous avez mangé un jour un
aliment nouveau pour vous qui vous a rendu gravement malade, il est possible que vous soyez, plusieurs
années après, toujours réticent à manger cet aliment. On appelle cela une aversion gustative
conditionnée. La première expérience avec une cigarette ou avec d’autres substances hallucinogènes
n’est pas toujours une expérience agréable. Pourtant, certains continueront malgré tout. Les effets
aversifs n’étaient pas suffisants et il y a sans doute tolérance à ces effets aversifs.
Il est possible de créer chez l’animal de laboratoire une aversion gustative conditionnée à une
solution sucrée par une administration de nicotine ou d’autres stimulants.
Cependant, l’aversion gustative (comme beaucoup d’autres conditionnements) est fortement
dépendante de la génétique (voir exemple des différentes souches de souris).
Tolérance conditionnée :
Il s’agit de la diminution de l’effet d’un produit après administration répétée en présence d’un
stimulus.
Exemple : L’installation d’une tolérance aux effets analgésiques de la morphine chez le rat est plus
rapide si les injections de morphine et les tests d’analgésie sont réalisés dans le même environnement
que s’ils sont réalisés dans des environnements différents.
Théorie de Siegel :
Siegel a transposé cette notion de réaction conditionnée dans le domaine des dépendances. Il a
constaté par exemple que certains stimuli de l’environnement peuvent déclencher un syndrome de
sevrage chez des personnes dépendantes de la morphine. Siegel a émis l’hypothèse que l’organisme
réagit à la présence de morphine par une réaction compensatoire qui s’oppose aux effets de la morphine.
Il s’agit là d’une réaction d’adaptation de l’organisme. Il se développe ainsi une tolérance aux effets de la
morphine. La personne est obligée d’augmenter les doses de morphine pour continuer à en ressentir les
effets.
50
Siegel et d’autres chercheurs après lui vont plus loin en montrant que la présentation d’un stimulus
associé à la consommation de drogue peut déclencher la même réaction compensatoire. Si la personne
n’absorbe pas de morphine, elle va se retrouver en situation de sevrage morphinique.
Avant conditionnement :
Effets de la drogue (stimulus inconditionnel) 􀃆 Réaction compensatoire opposée aux effets de la
drogue (réaction inconditionnelle)
Phase de conditionnement :
Association : Environnement, stimuli visuels, bruits, odeurs qui signalent que les effets de la
drogue vont apparaître + Drogue
Après conditionnement :
Environnement (stimulus conditionnel) 􀃆 Réaction opposée aux effets de la drogue (réaction
conditionnelle)
En absence de la drogue, cette réaction conditionnelle peut être perçue comme un sevrage
Syndrome de sevrage conditionné
L’état de sevrage est systématiquement associé à un stimulus (ex : environnement spécifique). Par
la suite, la séance-test consiste à placer l’animal dans cet environnement antérieurement associé à son
état de sevrage. Il se produit donc une place aversion conditionnée.
Sensibilisation conditionnée :
Il s’agit de l’augmentation de l’effet d’un produit après administration répétée en présence d’un
stimulus.
Exemple : Le développement de la sensibilisation aux effets stimulants de la nicotine chez le rat
est plus rapide si les injections de nicotine et les tests d’activité sont réalisés dans le même
environnement que s’ils sont réalisés dans des environnements différents. Il est possible de suivre le
développement de la sensibilisation en plaçant l’animal dans une cage d’activité après chaque
administration de nicotine. Le phénomène de sensibilisation peut persister plusieurs mois avant
extinction, même si l’animal ne reçoit plus d’injections de nicotine.
La recherche clinique a maintenant les outils pour visualiser l’activation des zones cérébrales en réponse à la
présentation de stimuli associés à la prise de drogue. De manière cohérente, ce sont les zones liées à la
mémoire spatiale et à l’émotion qui se trouvent être activées. Chez l’animal, on peut aussi réaliser des lésions
de certaines structures cérébrales ou des microinjections d’agents pharmacologiques pour évaluer l’impact de
la structure / des récepteurs qui s’y trouvent, sur le comportement de recherche de la drogue.
Le premier a avoir étudier l’apprentissage chez l’animal dans des conditions expérimentales est E.
Thorndike.
Thorndike a réalisé ses expériences sur “des boîtes à problèmes”. La base expérimentale des
travaux de Thorndike est la suivante: un chat mis à jeun est placé dans une cage avec un peu de
nourriture disposée à l’extérieure. Si le chat manoeuvre correctement le loquet de la porte, il peut avoir
accès à la nourriture. Thorndike observe que l’animal explore la cage jusqu’au moment où au hasard de
cette exploration, il émet le comportement qui ouvre la porte.
Au cours d’essais successifs, on constate que le temps mis pour l’animal pour sortir diminue
régulièrement pour arriver à la performance maximum. La courbe d’acquisition ainsi obtenue démontre
qu’un comportement efficace s’acquiert progressivement, par essais et erreurs, lorsqu’il est récompensé
par ses conséquences.
Thorndike en tire la loi de l’effet : les réponses à une situation qui sont suivies par une récompense
seront conservées.
51
Skinner a repris ce modèle en le modifiant légèrement pour définir les lois qui régissent ce
processus d’apprentissage.
Conditionnement Opérant (de type II, de Skinner)
La situation expérimentale de Skinner est la suivante : un rat mis à jeun est placé dans une cage
équipée d’un levier et d’une coupelle pouvant recevoir une certaine quantité de nourriture. L’animal doit
apprendre à appuyer sur le levier pour obtenir de la nourriture. On peut apprendre à l’animal ce
comportement par dressage.
Le comportement de l’animal est contrôlé par ses conséquences. Il s’agit là de la relation
fondamentale du conditionnement que Skinner appellera opérant. La nourriture est une récompense que
Skinner préfère appeler un renforcement car la nourriture renforce le comportement acquis. Les appuis
sur le levier sont appelés des réponses opérantes.
La nourriture est un renforcement positif car l’animal va répondre pour augmenter la fréquence de
présentation du renforcement. Il existe d’autres renforcements positifs : des drogues telles que l’héroïne,
la cocaïne mais aussi dans une certaine mesure l’éthanol et la nicotine, la stimulation électrique de
certaines régions du cerveau …
A côté des renforcements positifs, il existe des renforcements négatifs. Ils sont ainsi appelés car
l’animal va répondre pour diminuer la fréquence de présentation du renforcement. Un exemple classique
dans l’expérimentation animale est la légère stimulation électrique du plancher. L’animal doit appuyer sur
le levier pour éviter ou échapper à la stimulation électrique. Un syndrome de sevrage peut également
servir de renforcement négatif : l’animal appuie sur le levier pour recevoir une injection de drogue afin
d’éviter les effets du sevrage.
L’expérimentateur peut placer diverses contraintes. L’animal peut être renforcé par de la nourriture
pour chaque réponse qu’il émet ou bien après seulement 10 réponses; ou encore l’animal ne sera
renforcé que s’il respecte un certain délai entre deux réponses. Cet ensemble de contingences définit des
programmes de renforcement.
Ils sont utilisés pour obtenir une fréquence de réponses stable au cours d’une séance ou pour faire
des économies de renforcement. Dans le cas où le renforcement est une injection de drogue, on peut
imposer un certain délai entre deux réponses pour éviter une overdose.
Dans le cas de programme de renforcement à proportion croissante, le renforcement est donné
après la première réponse, puis uniquement après deux réponses, puis 4, puis 16 etc jusqu’à ce que
l’animal cesse de répondre. On définit ainsi un point de rupture: c’est à dire le nombre maximal de
réponses émis par l’animal pour obtenir un renforcement. Ce programme est utilisé pour étudier la valeur
renforçante d’un renforcement, en particulier d’une injection de drogue.
Comme dans le cas du conditionnement classique, il peut y avoir extinction de la réponse opérante
si elle n’est plus suivie d’un renforcement. Après une extinction, il peut y avoir réinstallation du
comportement opérant si la réponse est à nouveau renforcée.
La discrimination de drogue est une procédure très utile en psychopharmacologie car elle permet
de faire exprimer à l’animal la qualité du stimulus intéroceptif issu de l’administration d’un composé. Un
rat fait une discrimination très nette entre les stimuli intéroceptifs perçus sous nicotine et ceux perçus
sous solvant (ce qui se traduit par les réponses que le rat émet sur l’un ou l’autre des leviers, en fonction
du produit administré). Lors de la séance-test, dite de généralisation, on étudie l’état intéroceptif de
l’animal : Les exemples montrent un choix de plus en plus systématique avec les doses croissantes de
nicotine, pour le levier associé à l’état sous nicotine 200 g/kg. Ce type de résultat est retrouvé chez
52
l’humain, fumeur ou non fumeur. Les exemples suivants montrent le blocage des stimuli intéroceptifs
(discriminatifs) réalisé par la mécamylamine, un antagoniste des récepteurs nicotiniques.
Conclusion : les techniques d’étude comportementale à base de conditionnement sont un outil très puissants
en psychopharmacologie. Elles permettent l’obtention d’un comportement robuste, stable et ouvrent le champ
à des études sur l’addiction, mais aussi dans d’autres domaines de la psychopharmacologie (cognition,
mémoire, anxiété).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaëlle
Proton Libéral
Proton Libéral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1255
Age : 33
Localisation : France (temporairement)
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner   Sam 3 Mar - 21:07

J'ai vu tout ça en psycho au premier semestre. Pourquoi cet intérêt soudain pour le sujet ?

_________________
"Aime ton ennemi, ne serait-ce que pour lui taper sur les nerfs." (Bernard Werber)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.song-of-the-soul.net
MAJAVA
Sacrée Banane Sacrée
Sacrée Banane Sacrée
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6179
Age : 33
Localisation : France - essone
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner   Sam 3 Mar - 21:09

je m'intéresse à bcp de choses

informatique, psychologie, spiritualité, anglais, études, argent etc

et il s'avère que Cyrille m'a parlé de Pavlov alors j'ai voulu en savoir un peu plus

j'ai trouvé ça sur le net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
terreàte
Invité



MessageSujet: Re: Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner   Lun 5 Mar - 9:41

Bah moi, chuis anti-pavlovien: j'essaie même pas d'arrêter de fumer :p
Revenir en haut Aller en bas
_thernity_
Ami
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 34
Date d'inscription : 25/12/2006

MessageSujet: Re: Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner   Mar 6 Mar - 10:16

oui mais attent se sont des bases qui ont 1 siecle, se sont encore les
bases mais juste les bases les theories ont beaucoup evolué depuis, en
realité c'est bien plus complexe que cela,

ces conceptes sont surtout aujourd'hui utilisés pour etudier l'effet
des medicaments sur les animaux ou la memoire (boite de skinner
instrument universel dans les labos)

D'ailleur si tu veux savoir la prison, le systeme de punition, la
notation a l'ecole découle de ses conneries, je trouve que l'Homme est
sacrement con surtout quand il pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaëlle
Proton Libéral
Proton Libéral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1255
Age : 33
Localisation : France (temporairement)
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner   Mar 6 Mar - 10:30

En tout cas ça fait bizarre de lire tout ça en français après des cours de psycho entièrement dans la langue de Shakespeare...

_________________
"Aime ton ennemi, ne serait-ce que pour lui taper sur les nerfs." (Bernard Werber)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.song-of-the-soul.net
MAJAVA
Sacrée Banane Sacrée
Sacrée Banane Sacrée
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6179
Age : 33
Localisation : France - essone
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner   Mar 6 Mar - 22:51

Isaëlle a écrit:
En tout cas ça fait bizarre de lire tout ça en français après des cours de psycho entièrement dans la langue de Shakespeare...

ça m'avait faire pareil quand j'étais tombé sur des textes spirituels en anglais

héhé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conditionnement de Pavlov – Conditionnement de Skinner
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Subliminale ou conditionnement médiatique .
» conditionnement religieux
» Tri et conditionnement des déchets hospitaliers : Beaucoup reste à faire
» conditionnement sous vide
» Notre conditionnement religieux sur le Canon Biblique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNIVERSE :: Psychologie-
Sauter vers: